Le courage de parler

Chaque fois que nous omettons de prononcer une parole forte et courageuse, nous sommes complices du silence du tombeau, complices des forces de la mort.

Yves Congar, a eu une formule magnifique : « La Bible est virilisante. » Face à la mort, elle offre une parole forte. La Bible, d’Abraham à saint Paul, est pleine d’hommes et de femmes passionnés, pleins d’une folle vitalité, qui prononçent des paroles fortes. […]

Chaque fois que nous omettons de prononcer une parole forte et courageuse, nous sommes complices du silence du tombeau, complices des forces de la mort. […]

Catherine de Sienne
Catherine de Sienne

Quelquefois, nous sommes retenus par le respect de l’autorité de l’Église […] Nous devrions nous souvenir de Catherine de Sienne, qui a osé dire la vérité, même au pape. Elle a osé dire à des papes ce que Dieu voulait qu’ils fassent. […] Lorsque [l’un d’eux] semble ne pas apprécier cette liberté, elle lui écrit qu’elle dira la vérité « chaque fois que cela plaira à Dieu, même en parlant à votre Sainteté. » Ce n’est pas l’arrogance facile de ceux qui aiment la confrontation et se réjouissent d’être réprimandés par le Vatican. Ce sont les mots de quelqu’un qui respectait profondément l’autorité et qui détestait être entraînée dans un conflit.

Source :

Timothy Radcliffe, Les sept dernières paroles du Christ, Cerf, p. 100-101.