25e dimanche du temps ordinaire C

La fidélité dans les petites choses

19 septembre 2010

Septembre, c’est le mois de la rentrée. Les vacances et le repos ont ravivé notre désir de mener une vie plus conforme à l’idéal vers lequel nous nous projetons. L’heure est à l’organisation, aux résolutions. Le programme de l’année comportera peut-être l’apprentissage d’une langue étrangère, l’inscription à un club de sport, un engagement social ou ecclésial significatif, etc… Rien ne fait peur, la motivation est à son comble.

L’homme aime à se dépasser. Il veut aller jusqu’aux limites de ses possibilités, jusqu’au bout de ses rêves. Cela est vrai aussi en ce qui concerne sa vie religieuse. Sans doute sommes-nous prêts à réaliser beaucoup de choses, même difficiles, pour le Christ. Peut-être serions-nous même disposés à donner notre vie, pour l’Évangile, si les circonstances l’exigeaient. L’extraordinaire nous attire. Nous peinons pourtant à assumer avec amour des choses réputées plus faciles, celles du quotidien, celles qui relèvent de notre devoir d’état.

L’Évangile de ce jour nous exhorte à la fidélité dans les petites choses afin de devenir dignes des plus grandes. Accomplir la tâche qui nous est confiée, jour après jour, en y mettant tout l’amour qu’on peut, n’a apparemment rien d’extraordinaire. Une telle disposition est pourtant étonnamment mobilisatrice : effectuer son travail avec et pour le Seigneur, dire une parole bienveillante, prévenir le désir de l’autre, tout cela reste bien modeste, imperceptible, mais demande une attention de tous les instants. N’est-ce pas là la grande œuvre à laquelle nous sommes appelés ? N’est-ce pas là ce qui nous ouvre à Celui qui vient, ce Bien plus grand, que nous espérons tant ?

Textes du jour :
Am 8, 4-7
Ps 112
1 Tim 2, 1-8
Lc 16, 1-13