Les portes de la vie éternelle

Dimanche 4 mai 2008

Avez-vous déjà lu l’Évangile de ce jour ? Peut-être l’avez-vous parcouru d’un œil distrait ? Il se peut aussi que votre bonne volonté se soit laissée décourager par une pensée circulaire, quelque peu étrangère aux esprits occidentaux. Si tel était le cas, ressaisissez-vous ! Laissez-vous gagner par cette Parole, pour que s’épanouisse en vous la joie de son enseignement.

La prière de Jésus est totalement habitée par la mission qu’il doit accomplir : donner la vie éternelle à ceux qui lui ont été confiés par le Père. Cette vie éternelle n’est pas une vie après la vie. Elle consiste plutôt, nous dit Jésus, en la connaissance du Père et du Fils : « la vie éternelle, c’est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » La vie éternelle n’est pas liée au temps, mais à la foi. Elle se découvre et se vit dans la pratique sacramentelle qui introduit à la connaissance de Dieu. Le baptême, l’eucharistie, la réconciliation, les autres sacrements, n’enseignent pas un savoir sur Dieu mais ouvrent le fidèle à la vie trinitaire.

La mission du Fils consiste précisément en cela : nous conduire chacun, dans le temps qui est le nôtre, au partage de la vie divine. À ceux qui répondent favorablement à son appel, le Seigneur adresse cette parole extraordinaire : « Je trouve ma gloire en eux. » Le croyant qui joue le jeu de l’amour trinitaire offre au Fils la joie d’accomplir la volonté du Père et d’en retirer, en quelque sorte, une certaine fierté.

Participons à la joie du ciel. Osons devenir la gloire du Fils. Laissons-nous transfigurer par les sacrements. Ils sont les portes de la vie éternelle.

Textes du jour :
Ac 1, 12-14
Ps 26 (27)
1 P 4, 13-16
Jn 17, 1b-11a