La Sainte Trinité

La vie trinitaire est joie

18 mai 2008
Trinité
Trinité
© : Bnf, ms. français 135, fol. 5.

« Frères, soyez dans la joie. » Oui, soyons dans la joie ! Accueillons l’invitation de l’Apôtre des Nations. Réjouissons-nous du mystère que nous célébrons aujourd’hui. Réjouissons-nous de ce qu’il nous est donné de partager la joie de Dieu en célébrant la Sainte Trinité.

La vie trinitaire est joie. Elle ne se résume ni à un article de foi ni à un concept, parce qu’elle est vie, intensité de vie, embrasement amoureux. Elle n’est pas extérieure à l’homme parce que l’homme n’est pas étranger à Dieu : celui qui aime demeure en Dieu et Dieu en lui. Chaque fois que nous aimons, nous participons de manière mystérieuse et cachée à la vie trinitaire elle-même, à l’amour du Seigneur qui se répand sur toute la création, à la joie du Père qui se réjouit de la conversion du pécheur.

L’amour de Dieu agit en nous, malgré notre péché. Il nous presse de nous laisser pousser par son Esprit, de garder les yeux fixés sur Jésus, pour toujours mieux répondre à l’amour du Père qui nous appelle « des ténèbres à son admirable lumière. »

Nous comprenons dès lors l’incroyable densité de la formule de salutation qui ouvre nos eucharisties : « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous ! » Elle exprime la beauté de la relation amoureuse qui unit l’humanité à son Créateur. L’invocation de Notre Seigneur est première parce qu’il n’y a pas d’autre chemin pour découvrir le Père. C’est en effet par l’incarnation de son Fils que Dieu nous découvre sa paternité très aimante. Et c’est par l’envoi de l’Esprit Saint, à la Pentecôte, qu’il nous donne de goûter à la plénitude joyeuse du ciel. « Amen. »

Textes du jour :
Ex 34, 4b-6.8-9
Dn 3, 52-56
2 Co 13, 11-13
Jn 3, 16-18